Version mobile

La Leche League France

Fatigue et allaitement

Fatigue et allaitement

Commentaires (6)
Vos commentaires
  • Cnacha
    le dimanche 11 juin 2017 à 22:48 Posté par Cnacha

    Maman d'une petite fille de 2 ans, je l'ai allaitée jusqu'à ses 23 mois. J'ai beau lire, j'ai du mal à trouver de l'information sur ce que j'ai vécu durant cette période d'allaitement, mélange de cohésion totale avec mon bébé et de joie intense mêlées à un épuisement profond et handicapant. Je n'ai certes pas connu les conditions idéales que j'aurais pu m'imaginer pour cet évènement, mais cela n'explique pas tout.
    Pour contextualiser: je suis une personne dynamique qui a décidé de mener de front sa grossesse malgré la désertion du papa dès le début, tout en essayant de protéger au maximum mon bébé de mes états d'âme (et quand les hormones s'en mêlent, dur-dur...). Grossesse très active et positive malgré les aléas émotionnels et physiques, magnifique accouchement sans péridurale (je m'étais préparée...). Et réalité: seule à l'étranger, bébé avec coliques, et problèmes administratifs: sans la nationalité, démarches longues pour inscrire mon bébé à la sécu et l'administration m'empêchait, à tort, de prendre rendez-vous chez le pédiatre, désespération. Déménagement seule, épuisant, et re-problèmes administratifs. Long délai d'obtention du passeport de ma fille pour pouvoir sortir du territoire.
    Retour en France et re-démarches (à savoir carence de 3 mois avant de pouvoir entamer quoi que ce soit). Refuge chez Maman, Merci Maman! Et pourtant rien ne va, à part répondre à toutes les nécessités de ma fille adorable dans la journée mais toujours trés délicate pour dormir, impuissance totale face à tout, je n'arrive à rien!!! Revivre en France me désoriente, je n'ai plus de repères. Je veux me bouger, je veux m'organiser pour les papiers, rechercher du boulot, mais tout m'en empêche et me perturbe: ma mère est assistante maternelle, l'un des petits, perturbé, ne s'exprime qu'en pleurant, le chien aboie, je n'ai pas d'endroit pour m'isoler du capharnaüm, ma mère me parle quand j'essaie de me concentrer, pire, je ne dis pas ce qui me dérange et me fais toute petite. Tout imprévu me retarde et m’anéantit la journée. Impossibilité à me projeter, je suis emprisonnée dans l'instant présent, incapacité à penser, à mettre de l'ordre dans mes idées. Je ne me souviens même pas de ce que j'ai fait la veille. Le rythme des autres m'empêche de me retrouver avec moi-même. Frustration maximale. Je ne sais que m'occuper de ma fille qui s'épanouit exceptionnellement vite.
    Je ne suis pas dépressive, je n'ai pas envie de pleurer, mais tout est un obstacle . Ma tête sait ce que je devrais faire mais je perds le fil de tout, incapable d'avoir une continuité... Surtout, je ne me rends pas compte que je devrais consulter.

    Et début de réponse: j'ai sevré ma fille et ça a commencé à changer: phase de transition avec cauchemars comme en début de grossesse lors du changement hormonal, puis sommeil récupérateur. Même si ma fille se réveille deux ou trois fois, je me lève du bon pied. Récupération progressive de ma vitalité et de mes neurones que je disais avoir perdu à l'accouchement. Diagnostique de mon homéopathe: déshydratation, déminéralisation, dans ces cas extrêmes , il vaut mieux arrêter l'allaitement avant d'être vraiment décalcifiée! Mmm.... l'allaitement se limitait pourtant à la petite tétée de la nuit!
    J'ai l'impression d'avoir été victime de mes hormones, comme si elles m'avaient obligée à me concentrer sur le moment présent pour ma fille, quelquechose de très animal. Je crois que je vivais tout amplifié par dix, les bruits, les émotions, avec la fragilité d'une petite fille sans défense et incomprise.

    Je ne regrette absolument pas mon allaitement, je crois même qu'il a forgé l'intensité relationnelle avec ma fille. Mais si c'était à refaire, je serais beaucoup plus vigilante et saurais appeler à l'aide. Le problème, c'est qu'il est tellement normal d'être fatiguée que l'on ne sait même pas en mesurer la gravité.

  • bernard
    le lundi 23 mai 2016 à 14:14 Posté par bernard

    Merci pour votre site... Il permet de se détacher des "on-dit" qui sont très déstabilisants pour une jeune mère. Grâce à votre site j'ai pris confiance en mes observations et décisions et régulièrement je viens y reprendre des forces :-) j'allaite un bébé de presque 3 mois qui se porte à merveille.

  • soumia
    le mardi 02 février 2016 à 15:09 Posté par soumia

    Jai beaucoup de problème ce qui me rend nerveuse et stresséé. Est ce que cethe situation influence l'allaitement de mon bébé?

  • lilie
    le vendredi 29 janvier 2016 à 20:11 Posté par lilie

    Ce qui fatigue le plus reste les remarque de l'entourage et même des inconnus qui se permettent de remettre en doute votre allaitement. J'ai allaite mon premier Loulou et en ce moment j'allaite mes deux petites puces de5 mois . J'adore les nourrir cependant, j'avoue que parfois j'aimerai passer le relais pour la nuit au papa. Se reposer quand bébé dort reste difficile à faire quand il y a un ainé en bas âge. Il faut penser qu' un jour on sera nostalgique de cette période où bébé a grand besoin de nous.

  • Amal
    le jeudi 07 janvier 2016 à 01:10 Posté par Amal

    Je.suis.une.maman .de 4 . enfants. Je n'ai . allaiter que le.dernier.qui.a.1.mois et demi , se très dur épuisant j allaite a la demande , mais mon bebe grandit bien et surtout notre relation et fusionnel . Il faut patienter et prendre plaisir , la calme et la sérénité et importante, n écouter que votre coeur pas les gens , et la temps passe vite ne le prenez pas comme un inconvénient mais comme un moment dur mais beau a passer

  • Amel
    le samedi 02 janvier 2016 à 06:00 Posté par Amel

    Merci pour tous ses renseignements. Je trouve l article complet, intéressant et rassurant. Moi qui suis mère depuis peu, vous lire remonte le moral et permet de se recentrer sur l essentiel, notre nouveau né et le bonheur de la petite famille qui est la notre.
    Merci encore.
    Autour de moi, c est souvent se que l on me dit, c est parceque tu allaites, tu devrais passer au biberon....

Laissez un commentaire

Pour poser une question, n'utilisez pas l'espace "Commentaires" ci-dessous, envoyez un mail à la boîte contact. Merci

La Leche League France et vous

La Leche League France a pour but d’aider, par un soutien de mère à mère, toutes les femmes souhaitant allaiter, en leur transmettant l’art, le savoir-faire de l’allaitement. Ce soutien et cette information passent par des réunions, du soutien par téléphone et par courriel, un forum, un groupe Facebook, des publications, des congrès, un département de formation des professionnels de santé, et le site, où vous trouverez réponse à toutes vos questions sur l’allaitement.

fleche-bleue

Contactez une animatrice

 

Trouvez de l'information

fleche-marron

fleche-grise

Soutenez La Leche League